24/07/15 Cervin par l’arête du Lion/Baptiste

Le 24/07/15 Cervin par l’arête du Lion / Baptiste
Nous entamons, avec Fred(guide h.m) et nos clients, l’ascension du Cervin côté Italien…C’est une longue escalade qui nous attend. Dés le premier jour il faut être sur ses gardes, la montée au bivouac Carrel demande de l’attention…Dans notre jargon, nous appelons cela du terrain à chamois. Les premiers passages sur les grosses cordes fixes, nous donnent un premier aperçu de ce que nous allons rencontrer tôt demain matin. C’est l’occasion de vérifier que nos biceps fonctionnent parfaitement…Bourrinage garantie!
Nous profitons des dernières heures de soleil, sur la terrasse du bivouac. Un petit lyophilisé (hummmm!!!) et nous préparons les sacs pour demain. Crampons/ok, gants/ok, casque/ok, frontale…frontale…Oupsss, ma frontale montre des signes de faiblesse. Heureusement, en « bon guide » je sors des piles neuves…
Lever 3h du matin (dans le noir) et départ à 4h (dans le noir)…4h 30 première corde fixe gravie (dans le noir)…Ok, demain je passe, Au Vieux Campeur,m’acheter une frontale qui marche ;-) . Malgré ce petit imprévu, nous avalons rapidement le dénivelé et les difficultés pour atteindre le sommet 4h plus tard. Le parcours de l’arête est facilité par les cordes fixes et goujons en places…Mais ici, le faux pas est interdit et les pentes abruptes sous nos pieds nous le rappellent à chaque instant. Impossible de ne pas avoir une pensée pour Jean Antoine Carrel, premier homme et guide à avoir gravie cette immense arête en 1865…
La descente est aussi technique que la montée…concentration…concentration…et retour au refuge des Abruzzes vers 16h.

Dernier bastion. Les cordes fixes montrent le chemin.

[caption id="attachment_3203" align="alignnone" width="300" caption="Dans l'ombre du Matterhorn"][/caption]

Cette entrée a été publiée dans carnet de souvenirs. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.