30/08/2015-Ailefroide voie Devies Gervasutti (Oisans)/Par Arthur

30/08/2015-Ailefroide voie Devies Gervasutti (Oisans)/Par Arthur

15 ans qu’on la lorgne avec Pierre, alors ca y est!

Ailefroide : Aile froide! Vue depuis la Bérarde, la face NW de l’Ailefroide, massive et imposante, fait effectivement froid dans le dos!…. La Devies Gervasutti remonte en plein centre la paroi, et constitue un itinéraire historique d’ampleur estampillé Grand Oisans Sauvage! Certains le surnomment la Walker de l’Oisans, ouverte deux ans plus tard, mais il se suffit largement à lui-même : éloignement et engagement, grande ambiance et difficultés variées sont au rendez-vous !

Cette fin août 2015, malgré une semaine de beau temps après une chute de neige, nous attaquons l’itinéraire avec des doutes sur la faisabilité de l’escalade : la neige encore présente sur les vires et dans les cheminées ne va-t’elle pas trop nous gêner, et surtout les Dalles Grises seront-elles suffisamment sèches? Le départ de la voie ne pose pas de problème sur ce plan, c’est plutôt l’obscurité dont il faut s’accommoder pour trouver la bonne attaque. L’esthétique fil du pilier central qui suit est bien sec aussi, et il permet une belle escalade aérienne. Vues du pied, les Dalles Grises semblent exemptes de neige, mais notre ennemi le verglas se révélera bien perfide, difficilement visible et prévisible, et très glissant! Heureusement les coulées de verglas nous laissent un passage, les protections sont bonnes mais espacées. Une petite pensée à Pierre Beghin en tête dans ces mêmes dalles lors de la première hivernale en 5 jours de février 1975 : Pierre montait, râlait, et finalement surmonta les dalles au bout de plusieurs heures de lutte acharnée. Les vires et cheminées qui suivent nous demandent même de mettre les crampons, au moins on ne glisse plus sur le verglas! La cheminée de sortie est démente, raide et surplombant toute la face. Ouf voici enfin le soleil de l’autre côté! C’est là qu’il faut bien avoir anticiper la descente sous peine de perdre beaucoup de temps : plusieurs options sont possibles, toutes longues et nécessitant de la recherche d’itinéraire… C’est le lot de ces grands itinéraires de l’Oisans, et celui-ci en vaut bien la peine!
Au final 22h Bérarde Bérarde…bien contents d’arriver!

Retour possible sur le Vénéon: par la facette Sud de l’Ailefroide Occidentale :traverser les arêtes direction SW jusqu’au point culminant, l’Ailefroide Occidentale. Continuer sur l’arête pour passer le point 3930m, et atteindre la sortie des Plaques de glace. Descendre au mieux la facette Sud en terrain chamois se raidissant sur le bas (pas de rappel), pour rejoindre la branche occidentale du glacier de l’Ailefroide, à l’Est de la brèche des Frères Chamois.
Ensuite, remonter une pente de neige/glace sur 250 m jusqu’au col de l’Ailefroide, faire un rappel de 25 m puis une désescalade facile à main droite (face au vide). Rejoindre ensuite le glacier de la Pilatte à la cote 2780 m environ en passant sous le point 3069m, puis le refuge de la Pilatte.
Quoique tentante, la descente de l’éperon SE depuis le sommet de l’Ailefroide Occidentale est bien longue…

Cette entrée a été publiée dans carnet de souvenirs, avec comme mot(s)-clef(s) , , , , , , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.